Publié par : kantreadenn | 4 décembre 2009

Magasinier de bibliothèque (2ème partie)


De manière générale, les lecteurs ignorent ce que nous faisons dans la bibliothèque, à part valider à l’aide de notre emblème  douchette leurs emprunts ou leur retours, et aller leur chercher en magasins les documents dont ils ont besoin. De manière plus anecdotique, mais malheureusement de plus en plus souvent, certains lecteurs nous ignorent.

Je dois avouer que je reste toujours estomaqué de voir avec quelle facilité une personne peut en ignorer une autre, tout en lui faisant faire ce qu’elle lui demande. Nous avons tous été un jour ou l’autre confronté à cette personne qui, arrivant à la banque de prêt, écouteurs dans les oreilles ou discutant avec son ami(e), « balance »  ses livres sur la banque, sans un mot ni un regard, et s’étonne de votre question:

-Que fais-je de ces documents?

A laquelle, si elle l’a entendue, elle daigne répondre:

-Ben, je les prends…

Il ne nous reste plus qu’à nous exécuter, alors qu’elle a repris sa conversation ou recommence à écouter son lecteur MP3 ou 4.

Qu’on ignore mes autres tâches ne me gêne pas. Qu’on m’ignore par contre m’horripile. Après tout, sais-je ce que fait la guichetière à la poste quand elle n’est pas derrière son guichet? Non, bien sûr. Mais cela ne m’a jamais amené à ne pas la considérer comme une personne respectable, à qui je dis bonjour, au-revoir et merci- entre autres amabilités.

Alors pourquoi les étudiants agissent-ils comme si nous n’étions pas respectables? On pourrait bien sûr y voir -si j’étais une vieille barbe comme il m’est arrivé d’accuser mes parents de l’être- que c’est une question d’éducation, qu’ils sont mal-élevés, que de toutes les façons, « les jeunes maintenant!!! ». En dehors du fait que ce serait:

  • faire injure à un certain nombre de parents qui n’y sont sans doute pour rien
  • me faire injure à moi-même qui ait des enfants qui sont des « jeunes »

je ne pense pas que ce soit cela.

Il me semble que cela vient plus du fait que lorsqu’ils nous côtoient, c’est pour nous voir faire cette tâche répétitive qui ne semble pas demander une qualification toute particulière, et uniquement cette tâche. Alors, à leurs yeux, si on nous donne cette tâche à faire, c’est sans doute que nous ne sommes pas capables de faire autre chose, d’où le manque de respect. [ceci est une explication, pas une justification] Peut-être, sans doute même, s’ils nous côtoyaient dans d’autres domaines, agiraient-ils autrement. La preuve en est que lorsque nous réussissons à lier quelques relations avec ces étudiants, que nous parlons de ce qu’ils font et de ce que nous faisons, leur attitude -assez souvent- change.

Alors, plutôt que d’accuser de manière générale une tranche d’âge qui aurait été plus mal-élevée que la mienne, je préfère penser que si mes supérieurs me voyaient autrement, et acceptaient de me faire participer de manière plus active à la vie de la BU -j’entends par là dans le cadre du service public- ils pourraient avoir de moi une autre image que celle d’une espèce de robot qui agite sa douchette.

Publicités

Responses

  1. Vulgarisation réussie et discours nuancé, déjà, vos billets ont tout pour me plaire! Sans compter toutes ces infos particulièrement intéressantes pour une bibliothécaire du Québec, où la hiérarchie et le partage du travail en bibliothèque me semblent très différents… Je vais certainement vous suivre! Bravo et bonne chance dans la biblioblogosphère! 🙂

    Quant à ce billet sur le mépris de certains lecteurs, je comprends tout-à-fait que vous soyez irrité par une telle attitude. Pensez-vous que la dimension de votre institution y soit pour quelque chose? Je me dis que dans les grosses boîtes, les relations ont plus de chance d’être impersonnelles. Enfin, c’est une hypothèse comme ça. 🙂

    Merci pour vos textes!

  2. Bonjour,
    ex-magasinier vacataire, ex-bibliothécaire (BU et BM), nouvellement élève-conservateur, je ne peux que me sentir en accord avec vos remarques.
    Oui, l’intégration des magasiniers (BU) et adjoints (BM) à la réflexion de la bibliothèque sur elle-même, à son « projet de service », est l’une des clés de réussite de nos établissements demain (et dès aujourd’hui).
    Parce qu’on va automatiser massivement le prêt-retour, parce qu’on va leur demander des tâches qui sont précisément à l’inverse de celles qui pouvaient amener certains à les ignorer : de la médiation, du conseil et de l’accueil avant tout.
    Et ce n’est ni facile ni gagné : ça demande des formations, des remises en question, mais ça demande aussi de la considération et de la reconnaissance (sans parler d’une revalorisation de la fiche de paye, mais là je suis carrément dans l’utopique).
    En tous cas je fais suivre l’adresse de votre blog à ma promo, ça donnera peut-être de bonnes idées à certains…
    Cordialement,
    Julien Pauthe

  3. Beaucoup de plaisir à vous voir casser des barrières mentales et les petites cases où nous savons si bien dans notre profession catégorisée nous confiner. Vous montrez les bibliothèques par une autre lorgnette : j’aime bien voir le terrain gagner doucement les blogs de bibliothèque, et napper les informattitudes initiales !

    Je partage complètement votre espoir de réussir à faire évoluer le regard des utilisateurs de la bibliothèque en faisant évoluer les fonctions et la manière d’être à leur service de tous ceux qui les servent, en arrivant à un socle commun : une qualité d’accueil, une base de services indépendante de la catégorie du personnel d’accueil.

  4. bonjour,

    je trouve ce que vous dites intéressant, mais je ne suis pas certaine d’être d’accord. Je suis conservateur-e et il m’arrive de faire du prêt-retour. Les étudiants se comportent exactement de la même façon avec moi. En revanche, quand je suis à la banque de renseignement, il font beaucoup plus attention à moi.

    je m’explique cela de la façon suivante :

    quand ils viennent à la banque de prêt, ils savent qu’ils peuvent nous demander un renseignement, mais ne sont jamais sûrs d’avoir une réponse, que la question soit bonne, de ne pas se montrer ridicule en ne sachant pas aller sur le catalogue…ils sont dans une position de demande et considèrent que nous sommes drôlement sympas de les aider.

    en revanche, quand nous sommes au prêt-retour, ils considèrent que nous faisons notre boulot, ils ne nous demandent pas un service, ils nous en rendent même en empruntant nos livres. La situation est renversée.
    Je ne peux pas leur en vouloir puisque le monde entier considère que notre job est de prêter et ranger des bouquins.

    C’est aussi à nous de faire évoluer l’image qu’ils ont des services que nous leur rendons. D’ailleurs, nous mettons en place des automates de prêt. Ils vont bientôt se rendre compte du bonheur que c’est d’avoir un humain à qui parler en cas de doute.

    Pour finir, j’ai le sentiment que le mobilier de la banque de prêt joue beaucoup. En santé, où nous sommes à hauteur des étudiants (sur des sièges haut), je constate moins ce désintérêt qu’en sciences où les étudiants sont debout et les collègues assis.

    à prochainement

  5. Bonjour, et merci de votre commentaire fort intéressant.
    Il est déjà positif d’apprendre que des conservateur(e)s font du prêt-retour, cela n’est pas le cas chez nous. Je pense que vous en partie raison sur les différences d’attitude, et tout à fait d’accord sur le fait que nous ayons à modifier l’image des services et des personnes
    à vous (re) lire à l’occasion

  6. Bonjour,
    je pense également que la « position » du magasinier-bibliothécaire-agent (etc.) change aussi le rapport avec l’étudiant-lecteur-usager. Quand je suis dans mes rayonnages, les gens m’interpellent généralement poliment, pour des renseignements. J’ai l’impression de parler « d’égal à égal ». Par contre, quand je suis assise derrière ma banque de prêt, les usagers sont dans leur grande majorité moins… attentifs. Certains ne me jetant même pas un regard ! Et là je vous assure que l’âge ne change pas grand chose à l’attitude. Personnes âgées, enfants, hommes matures, femmes actives… le manque de politesse touche hélas tous les âges !

    en tout cas bonne continuation pour votre blog, c’est un plaisir de vous lire !


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :