Publié par : kantreadenn | 17 décembre 2009

La bibliothèque sur Facebook, ou non?


Y a-t-il un intérêt à avoir une page sur Facebook pour une bibliothèque universitaire? Si vous voulez une réponse argumenté et un mode d’emploi, je vous invite à vous rendre sur le blog de Bibliobsession qui a rédigé un article intéressant sur ce sujet.

En ce qui me concerne, ce qui me paraît essentiel, ce n’est pas de savoir si il est intéressant pour la bibliothèque d’être sur Facebook, mais de ce que contiendra la page.

Je vais partir du postulat que vous -aimables lecteurs de mon blog- connaissez Facebook, le pratiquez -plus ou moins- et surtout que vous avez une idée de la manière dont notre public -essentiellement des jeunes gens, de 18 à 25 ans- le pratique.

Mais alors:

  • qui va créer…
  • un bibliothécaire (dans le sens large du terme)? Cela paraitrait la personne la mieux placée pour le faire. Et il n’y pas besoin d’être un pro de l’informatique. Il faut seulement disposer d’un peu d’imagination, avoir l’esprit ouvert (et un zeste d’humour?)…Hou, ça va pas être facile!!!

  • et alimenter cette page?
  • tous les professionnels de la BU? Ce serait bien, non? Sans doute assez irréaliste, dans notre bibliothèque…

Car il ne suffit pas de vouloir utiliser les nouvelles techniques de communication, encore faut-il que l’utilisation que nous en faisons corresponde à l’attente qu’en ont nos éventuels visiteurs. Si l’on fait un site web, une page Facebook, ou tout autre support sur le web, il ne faut pas le faire pour se faire plaisir, mais pour attirer les personnes à qui nous voulons nous adresser.

Il va donc falloir que le visiteur trouve un réel intérêt à venir sur notre page, et que, éventuellement, il la fasse connaître autour de lui. Pour qu’il y trouve un intérêt, 2 obligations:

  • une page agréable
  • des informations fiables, régulièrement mises à jour, et intéressantes.

et une option -quasi obligatoire à mon avis:

  • lui donner la possibilité d’intervenir.

Intervenir en commentant? Sur la page de la BU? Ben oui… On peut toujours enlever l’intervention si elle ne correspond pas aux critères définis. Encore que…

L’interactivité est la base de la communication. S’il n’y a qu’une personne qui peut s’exprimer, ce n’est pas de la communication, c’est de l’information. C’est intéressant aussi, mais ce n’est pas la peine de faire une page Facebook pour cela. On a une page sur le site de la BU pour ne pas le faire.

Exemple: la personne qui gère au SCD les infos sur le site, vient de nous annoncer la fermeture de Noël avec de petites illustrations. J’aurais bien aimé pouvoir lui faire part de mes sentiments, ou lui souhaiter en réponse de joyeuses fêtes. Impossible, bien sûr. Et certain(e)s étudiant(e)s qui ont réagi auprès du service public auraient pu le faire en ligne. Dommage…

Je verrais bien une page Facebook où les étudiants pourraient:

  • nous interroger sur notre politique documentaire
  • nous critiquer -en bien ou en mal- sur notre accueil, sur les services rendus
  • ouvrir un cahier de suggestions
  • etc…etc…

et nous leur faire réponse, par la personne la mieux placée suivant le sujet de la remarque, de la critique ou de la question.

Visiblement, je prenais vraiment mes désirs pour des réalités. La décision a été prise d’ouvrir une page sur Facebook, mais en confiant la création, et la mise à jour à une seule personne (celle dont je parle ci-dessus). Ses capacités et ses qualités pour le faire ne sont pas mises en cause, mais elle n’est pas bien entendu au courant de tout ce qui se passe dans la BU, n’est pas confrontée aux situations -éventuellement problématiques- auxquelles peuvent l’être certain(e)s de ses collègues. Alors?

Alors, en l’occurrence, on ne va même pas faire une Facebook pour se faire plaisir, mais juste pour évacuer une demande, en laissant à celui qui en est à l’origine la « patate chaude ». Bel exemple de réalisme!!!

Allez, m’sieur le bibliothécaire, faites cette enquête auprès du personnel:

  • trouvez-vous un intérêt à ce que la BU (le SCD?) ait une page Facebook?
  • seriez-vous prêt(e) à participer à sa vie?

Si il y a une majorité de « non » à la 1ère question, vous savez ce qu’il vous reste à ne pas faire…

Publicités

Responses

  1. Bonjour,
    vous soulevez là une grande question qui est, non pas « Quelles informations mettre sur Facebook ? » mais « comment la bibliothèque s’organise à propos de l’alimentation de Facebook ».
    Désigner une seule personne (si elle doit gérer et non administrer), c’est refuser de réfléchir à cette question d’organisation. C’est dangereux si l’on reconnaît qu’il s’agit d’un service à part entière relevant des missions de la bibliothèque
    (et si on considère que ça n’en relève pas, à quoi bon faire une page Facebook ?).

    Vous exprimez en revanche deux idées qui me semblent contestables :
    1. « et surtout que vous avez une idée de la manière dont notre public -essentiellement des jeunes gens, de 18 à 25 ans- le pratique »
    Si certains bibliothécaires ont investi Facebook sans trop de difficultés (et il n’y a pas grand mérite à cela), j’ai de grands doutes sur leur aptitude à savoir comment, non pas eux-mêmes, mais les étudiants l’utilisent.
    Pour ma part, je n’en ai strictement aucune idée.
    Il me semble que la seule manière serait d’avoir soi-même des enfants de 18-25 ans 🙂

    2. « une page Facebook où les étudiants pourraient nous interroger sur notre politique documentaire » : à mon avis ça ne les intéressera pas de savoir ce que nous faisons et pourquoi nous le faisons. Ce qui les intéresse, c’est que nous nous intéressions à eux.
    Ils vont se rendre compte que tel titre manque dans les rayons, éventuellement ils vont nous demander de l’acheter, mais ils ne vont certainement pas nous demander pourquoi nous achetons dans tel domaine et pas dans tel autre.

    • merci de votre commentaire. A propos de ceci:

      mais ils ne vont certainement pas nous demander pourquoi nous achetons dans tel domaine et pas dans tel autre.

      je ne suis pas entièrement d’accord avec vous. Votre remarque est peut-être valable pour des 1er cycle -encore qu’en 3ème année…- mais beaucoup moins voire pas du tout pour des maitrise ou des doctorants.
      Quant à ceci:

      Il me semble que la seule manière serait d’avoir soi-même des enfants de 18-25 ans

      peut-être est-ce parce que je suis dans ce cas
      Cordialement

  2. Amusant, l’échange sur les enfants de 18-25 ans. De fait, nous savons fort bien, pour être souvent passé dans leur dos sans la moindre discrétion, que les étudiants qui fréquentent les postes de la BU s’en servent d’abord pour utiliser Facebook (ainsi que pour jouer à « questions pour un champion », mais ça on comprend à peu près comment ça marche).
    A présent, si vous me demandez ce que JE sais sur Facebook, je serai obligé de vous répondre
    -qu’à titre personnel, je n’y ai fait qu’une brève incursion qui m’a franchement déplu
    -que dans quelques années, je serai sans doute contraint de me documenter sur le sujet pour d’impérieuses raisons de dialogue entre les générations. Mais en attendant, je n’y connais rien.
    Or si FB est le mode normal d’échange d’informations entre nos étudiants, il n’y a pas à tortiller, il va bien falloir s’y mettre. Quand ce ne serait que pour constater que ça n’apporte rien et pouvoir trouver mieux.
    Mais d’accord avec vous, si on l’utilise, ce doit être une « vraie » page FB, avec de la vraie interactivité, des vraies blagues stupides, et des vrais gens prêts à s’y connecter plusieurs fois par jour (heure?) pour aller rencontrer les « amis » (mais que ce mot m’agace ! je vais me faire soigner, promis) de la bibliothèque.

  3. Ces questions sont pertinentes, d’actualités.
    Pour nous aider à réfléchir, des 18-25, normalement il y a en a plein nos bibliothèques : les étudiants, les moniteurs, les collègues (si, si) et plein aussi en dehors dans les universités autour de nous (car la page FB elle est aussi pour les non lecteurs, non ?). Cela en fait du monde pour nous dire à quoi cela LEUR servirait ou en tout cas ce qu’ils imaginent. Après il y a l’avis des bib qui ont déjà fait … Cela doit en faire des idées, non ?

  4. Personnellement, je crois que que les 18-25 ans ne sont pas particulièrement pressés de nous suivre sur facebook. Fb est un endroit de plaisir pour eux, ce que nous ne sommes pas nécessairement… D’autre part, ils sont bien souvent noyés sous les infos : celles de la BU, celles de l’université, celles de leur UFR, celles de leur département, celles des élus étudiants…etc

    Pour faire face à ces deux écueils, je pense qu’en matière de comm, il faut apprendre à se réunir au niveau de l’université et faire passer son envie d’être une bibliothèque hype pour être une bibliothèque qui suit son temps sans le perdre.

    Il y a une page facebook dans notre université, les actualités de la BU y sont relayées par les élus étudiants. Les étudiants ont plus d’intérêt pour le Fb de la fac qui est tenu par des étudiants que pour celui de la seule BU, surtout s’ils doivent s’abonner à 5 Fb pour avoir les infos de tous les services de l’université.

    Quant à nos infos ? Elles se trouvent sur le Fb, elles sont lues, rarement commentées, mais étant relayées par d’autres étudiants, elles ont comme une sorte de label.

    Je ne sais pas si ça aide le débat, mais c’est comme ça que nous avons résolu la question dans notre bu.

    à bientôt et bonne vacances

  5. Je me pose actuellement cette question pour la médiathèque où je travaille. La problématique est un peu différente de celle des BU. mais deux éléments sont à mon avis indispensables pour la réussite de la page : l’intérêt (le plaisir) du public et sa possible participation à l’élaboration du contenu. Sinon un bon portail répond aux informations verticales que la médiathèque veut donner à son public . Je ne suis pas sûre que l’institution et / ou la tutelle soient prêtes à cet espace d’expression démocratique qui est forcément parfois décevant mais peut aussi donner une idée plus précise des publics et de leurs attentes.

  6. […] universitaires (à propos, la question des réseaux sociaux posée plus spécifiquement en BU [décembre 2009]). L’inscription, en revanche, se fait seulement via un compte […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :