Publié par : kantreadenn | 9 février 2010

Respect…


Dans un article que vous pouvez lire ici, était abordé le thème « travailler avec… » où un chapitre était consacré aux « collaborateurs ».
Je passerai rapidement sur la différenciation faite entre son boss, ses pairs -ceux qui occupent le même rang, qui sont égaux en dignité, en situation sociale (Larousse)- et ses collaborateurs.
Par contre je m’arrêterai sur les éléments suivants qui m’ont interpellé
…ses collaborateurs:

e) Essayer de connaître les gens, de s’appuyer sur leurs qualités et de passer sur leurs défauts. Quels que soient les unes ou les autres, faire avec, et aujourd’hui et demain… Ne pas oublier chaque individu, derrière la fonction qu’il occupe.

f) Essayer de donner les moyens à chacun de comprendre ce qui s’est passé, ce qui se passe, ce qui va se passer.

g) Se résigner à perdre le fil, à se tromper – et à le reconnaître, à se contredire, à être contredit(e). Faire, c’est faire des erreurs, et confronter les plans d’action aux autres et à la réalité, c’est savoir les infléchir.

citation extraite de l’article sus-cité

On pourrait écrire [un (tout) petit peu à la manière d’Eco dans « La mauvaise bibliothèque selon Umberto Eco. Extrait de De bibliotheca, 1986″]

e) faire en sorte de ne pas connaître les gens, de ne pas s’appuyer sur leurs qualités et ne leur passer aucun défaut. Quels que soient les uns et les autres, faire sans, et aujourd’hui et demain….Oublier l’individu, pour ne voir que la fonction qu’il occupe.

f) ne jamais donner les moyens à chacun de comprendre ce qui s’est passé, ce qui se passe, ce qui va se passer.

g) se résigner à perdre le fil, à se tromper -et ne jamais le reconnaitre, ne jamais se contredire, n’être jamais contredit. Ne pas faire, c’est ne pas faire d’erreurs (mais ça peut se discuter) et ne pas confronter les plans d’action aux autres et à la réalité, c’est ne jamais fléchir.

On pourrait ajouter:

ne jamais prendre de décision, ou ne jamais répondre à une question, parce qu’on a jamais la bonne solution ou la bonne réponse.

réfléchir, et réfléchir encore, jusqu’à ce que le motif de la réflexion ait été oublié…

Je pourrai multiplier les exemples ad nauseum…mais ce n’est pas l’objet de cet article.

Je suis persuadé que le respect que l’on attend des autres passe par celui dont on fait preuve envers eux. Peut-on s’attendre à être respecté quand on ne respecte pas les autres? Je ne le pense pas, je suis même persuadé du contraire. Je ne fais partie des pairs de mes supérieurs, mais cela ne m’empêche pas d’attendre d’eux qu’il respecte ma personne -en général- et ma fonction -en particulier.

Respect? Vous avez dit respect…?

Il ne s’agit ici de pleurnicher, de se plaindre. mais de dresser un constat:

notre hiérarchie directe n’a pas de réelle considération envers les magasiniers.

Bien sûr, à deux exceptions près -dont je ne fais pas partie- nous avons un niveau scolaire sans commune mesure avec nos collègues B ou A.
Bien sûr, certains d’entre nous -dont je fais partie- ont une nette tendance à prétendre que leur ancienneté, leur connaissance du public et des livres, leur donne une compétence dont il serait intéressant de tenir compte -à leur avis. Et je dis bien compétence et non pas supériorité.

Bien sûr, certains d’entre nous prétendent -oui, il nous arrive de prétendre!- que le métier de magasinier doit évoluer -évoluera de toutes façons- et que cette évolution passe obligatoirement par une prise en compte -de la part de notre hiérarchie- et donc, par une reconnaissance, des compétences professionnelles des magasiniers, et de la nécessité de les inclure dans les nouvelles tâches que la « révolution numérique » va amener. Et ce jusque dans la réflexion qu’il va falloir mener pour permettre à nos bibliothèques de ne pas sombrer et devenir des établissements fantômes. La hiérarchie le comprendra-t-elle? Le voudra-t-elle? A éloigner les magasiniers de cette réflexion, de ces nouvelles tâches, elle prendrait le risque de se couper de la base, de celle dont Olivier Tacheau dit qu’elle est:

le premier maillon de la BU, et parfois le seul recours des usagers

Une chaîne qui n’a plus de premier maillon….???

et on pourrait rajouter:
h) ne pas informer ses collaborateurs des travaux organisés au sein de la BU (cours, expos, etc…)
i) ne pas répondre à des questions d’intérêt général, ce qui laisse les gens dans le flou et permet de ne pas prendre de décisions
etc…etc…

Publicités

Responses

  1. Je pense respecter pareillement mon boss, mes pairs et mes collaborateurs et j’assume un positionnement de travail différent selon que j’ai des dossiers à traiter avec les uns ou les autres. Dans certaines logiques de projets, le boss devient un collaborateur (à qui je file des plannings prévisionnels et des todo list) ou les collaborateurs prennent la main (quelques collègues C et B ensemble ont entièrement arbitré l’opération de recotation physique, m’envoyant ici et là, chercher des boîtes, des étiquettes, des étagères, transmettre un message à l’un ou à l’autre, etc.)

    C’est l’expertise et le pouvoir de chacun sur son domaine de compétences qui prime, sachant :
    – que je ne suis ni omnisciente, ni omnipotente,
    – que tous ne peuvent pas allouer des crédits et moyens comme le boss,
    – que tous ne sont pas susceptibles d’entrer en concurrence ou en résonance avec les projets que je cherche à mener dans le pré qui m’est confié comme mes pairs,
    – que personne tout seul ne peut développer la capacité d’intelligence et de travail à mobiliser pour faire tourner la BU au quotidien comme l’ensemble de l’équipe (on a beau être bon, intelligent, motivé, capable, inventif, et tout ça, on ne fait pas fonctionner une BU tout seul).

    En vous attachant à commenter mon billet, qui n’est qu’un tissu de lieux communs managériaux de base que j’essaie de faire vivre au quotidien tant bien que mal, je crains que vous ne mettiez sur la place publique, non des généralités, mais des attentes et des doléances très locales en lien avec un ressenti très négatif sur la place qui vous est faite à vous, à la BU de C.

    J’ai plaisir à lire votre blog et à vous voir développer vos propositions sur comment faire évoluer la « maison » bibliothèque avec tous ses occupants : je crains depuis vos 2 ou 3 dernières billets, qui mettent en cause votre management local, de le voir tourner à « Règlements de compte à OK Corral », ce qui serait dommageable à votre propos.

    Bonne continuation,

    NaCl

    • Bonjour et merci de votre commentaire
      tout d’abord je tiens à préciser qu’il ne s’agit en aucun cas de règlement de comptes. Les choses que j’ai à dire à ma hiérarchie, je les lui dis de vive voix. D’autant plus qu’une partie de cette hiérarchie ne lit -apparemment- pas ce blog.
      Je respecte tout à fait votre position vis à vis de vos collègues, mon commentaire sur « le boss, les pairs et les collaborateurs » n’était qu’anecdotique mais me semblait révélateur d’une attitude assez répandue.
      Quant à mettre sur la place publique des « attentes et des doléances très locales » plutôt que des généralités, je l’assume tout à fait. Pourquoi ne ferais je pas état des difficultés qui existent, si il me parait utile de le faire, même et surtout si bien sûr ce n’est pas le sujet principal de mon blog.
      Il faut admettre qu’un blog rédigé par un magasinier ne peut avoir les mêmes raisons d’exister qu’un blog de conservateur ou de bibliothécaire. Notre vision du monde des bibliothèques est différente, nos relations avec le personnel et le lectorat sont différentes du fait de notre position dans la hiérarchie et de nos activités journalières. On y trouvera donc pas les mêmes sujets de réflexion, voire la même réflexion. Et en ce qui concerne l’évolution des bibliothèques, notre marge de manœuvre est beaucoup plus réduite, voire inexistante.
      Merci de vous intéresser à ce que j’écris, en souhaitant de tout cœur que vous continuerez à le faire et à commenter éventuellement d’autres billets.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :