Publié par : kantreadenn | 2 juin 2010

Évolution des bibliothèques universitaires…


ou évolution des mentalités?

On le sait, -presque- tout le monde en parle dans son blog, -presque- tout le monde en a conscience dans les BU, celles-ci sont en train d’évoluer, qu’on le veuille ou non. Nous voyons donc:
des BU évoluer en fonction des transformations du public universitaire, des transformations des besoins de ce même public et de la manière dont il communique.
des BU stagner -au mieux- parce que des bibliothécaires* se refusent à modifier leur approche de la bibliothéconomie, et que la manière dont les étudiants utilisent leur bibliothèque, leurs documents, ne leur convient pas.
des BU se positionner dans un milieu flottant, la nécessité d’évoluer étant inéluctable, mais sans modifier en profondeur le fonctionnement de la BU

Se rendant à l’évidence -et c’est un chemin difficile pour certain(e)s- certaine BU a décidé de modifier son approche du lecteur, en tenant compte de ses centres d’intérêt, de sa manière de communiquer, de son usage d’internet. Elle a donc décidé de tout bouleverser, quitte à déboussoler certaines personnes peu enclines à cette (r)évolution!!!
Je vous sens impatient de découvrir ce qui s’est passé, ou ce qui va se passer dans cette bibliothèque innovante, vous demandant si vous-mêmes, dans votre bibliothèque, avez su faire ce qu’il fallait.

Roulements de tambour!!!!

Et bien, après mûre réflexion (bien sûr) il a été décidé de transformer la pièce communément appelée «hall d’accueil» en ….hall d’accueil. Nous allons ajouter aux quelques 6 chauffeuses déjà présentes d’autres fauteuils, supprimer quelques meubles de périodiques, et ajouter une table pour y installer des nouveautés ou des documents particulièrement pertinents.

Vous sentez poindre l’ironie dans mon propos? Vous avez raison. Il vous semble sentir comme un regret, vous pensez que j’émets quelques réserves sur la forme comme sur le fond de cette révolution? Vous avez encore raison.
Et bien oui, autant dire les choses franchement, on a mis la charrue avant les bœufs!
Le public évolue, les BU doivent évoluer, mais évoluer vraiment, pas en mettant un emplâtre sur une jambe de bois. Avant de se lancer dans des transformations de misère qui ne vont rien changer, il aurait peut-être fallu réfléchir à ce que notre public attend de nous, et de la bibliothèque. Je l’ai déjà écrit par ailleurs, majoritairement les étudiants ne viennent pas à la BU pour étudier ou lire. La BU est devenue un lieu de rendez-vous, de détente, un abri. Où accessoirement on trouve des documents avec lesquels on peut travailler.
De nous, ce public attend du professionnalisme -on peut dire qu’il l’a- des outils qu’il peut utiliser, cela il l’a moins, parce que les outils qu’il connait et utilise ne conviennent à nombre de professionnels et que nous ne les utilisons pas professionnellement. (pour rappel, combien de BU utilisent Facebook, Netvibes, Twitter, Google, un blog, etc…) Il n’est pas question vis à vis de ces outils de se demander s’ils sont valables ou non, mais d’accepter le fait que ce sont ces outils que notre public utilise. Dans un article récent -dont j’ai oublié l’auteur, qu’il (elle) m’en excuse- il était expliqué qu’il devient totalement inutile d’envoyer des mails aux étudiants, ils ne consultent quasiment plus leur messagerie, leur communication est installée sur FB, Twitter ou MSN.
De la BU, le public attend un endroit sympa, où on peut se détendre entre les cours, après les partiels, discuter, travailler à plusieurs -ce qui signifie discuter- recevoir et/ou donner des coups de fil, etc…
Comment peut-on donc envisager une quelconque modification de la destination de nos locaux sans réfléchir aux changements profonds que cela va amener sur notre manière de gérer l’accueil de notre public. Que cette modification soit minime (voir l’exemple ci-dessus) ou importante, elle doit forcément être précédée d’une réflexion sur notre manière de réagir face aux communications téléphoniques, aux discussions, aux échanges, à la place que l’on peut -doit- donner aux travaux en groupes et à la gêne qu’ils peuvent occasionner à celles et ceux qui travaillent seuls et qui ont besoin de silence.
Modifier le « hall d’accueil » va nous contraindre à changer notre attitude vis à vis du comportement du public. Que nous le voulions ou non. Il eut été préférable que nous y soyons préparés, plutôt que de subir. Parce que les étudiants vont vite noter les changements -même s’ils ne sont pas énormes- et s’approprier cette pièce comme plus «ouverte» que les autres. Comment réagir face à un(e) étudiant(e) installé(e) sur une chauffeuse, en train de feuilleter Libé ou les Inrock, et qui téléphone? En appliquant strictement le règlement? Un règlement qui date d’une époque où le téléphone portable faisait son apparition, où internet faisait juste un peu plus que balbutier, et où les seuls ordinateurs étaient ceux de la banque de prêt?
Alors: évolution des bibliothèques ou évolution des mentalités. L’une ne va pas sans l’autre, mais il me semble préférable de faire évoluer les mentalités avant de faire évoluer la bibliothèque. Sinon, la bibliothèque n’évoluera pas vraiment.

* j’utilise là un terme générique pour désigner l’ensemble du personnel de la BU

Publicités

Responses

  1. Voilà Alain que je vous regrettais! Tout à fait d’accord avec vos mots, sauf que je pense que les usagers d’aujourd’hui ne vont si rapides que la technologie. Au moins chez nous, à Valladolid (Espagne) on est toujours en train d’étudier les cours sur papier.
    Nous avons devant nous une bibliothèque tout à fait « Umberto Eco »: on ne voit que de tables et chaises partout, les livres et d’autres documents cachés en sousol. Et voilà qu’on a commencé à reflêchir comment allons nous faire pour donner une autre image, d’autres services, pas seulement
    le coin Accueil. Nous y sommes. Je tiens beaucoup
    à vos billets.
    À la prochaine!
    twitter/BURSofia

    • Bonjour Carmen
      et merci de votre commentaire. L’évolution est une nécessité, nous ne pourrons y échapper même en freinant des quatre fers comme tentent de le faire certains;
      @ la prochaine!

  2. Je pense que l’article que vous évoquez sur les outils de communication vers les étudiants est « En bibliothèque, il faut apprendre à faire du social » sur « Bibliothèques [reloaded] » (http://bibliotheques.wordpress.com/2010/05/28/en-bibliotheque-il-faut-apprendre-a-faire-du-social/). Et en tant qu’étudiante, je peux dire que le problème soulevé dans cet article est tout à fait réel, tout comme ceux que vous évoquez dans le vôtre.

    • Bonjour Aurélie
      quel plaisir de se savoir lu par une personne directement concernée par les problématiques évoquées dans ce blog! nous manquons de retour sur les réactions des étudiants, d’une part parce que le dialogue n’est pas évident, et d’autre part parce que vos desiderata font peur à certains d’entre nous.
      n’hésitez pas à donner votre avis, il est important que les blog professionnels soient lus et commentés par les usagers.
      Alain


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :