Publié par : kantreadenn | 18 juin 2010

Summon, quezaco?


Et bien les avis sont partagés: gadget, outil utile, outil indispensable? En tout cas, trop cher!!!
Nous avions ce matin une présentation par un commercial -« Regional Sales Manager » pour « Southern Europe and Middle East » et une ex-bibliothécaire danoise « reconvertie » qui ne parle pas français.
Aparté:

Il était donc acquis que toutes les personnes qui assistaient à cette présentation comprennent suffisamment l’anglais parlé par cette personne. Ce qui est un pré-requis dont nous n’avions pas connaissance…Il me semble que pour vendre un produit en France, la moindre des choses serait de faire une présentation entièrement en français. Ah!!! globalisation, quand tu nous tiens! En conséquence de quoi, nous avons également appris, que pour le moment l’assistance technique est aux États-Unis (Washington DC) et donc non francophone.

Alors Summon, c’est quoi?
En gros: un Google local. C’est-à-dire une barre de recherche simple, qui vous renvoie une flopée de réponses en un temps record, avec ensuite tout un cas de commandes pour faire en sorte d’avoir moins de réponses: que les livres, que les périos, etc…
Plus précisément, Summon travaille avec une base de connaissances, composée de toutes les références de la BU concernée: catalogue, bases de données, etc…Vous pouvez donc consulter de partout, mais vous n’avez accès aux documents que si vous êtes identifiés.
La recherche aboutie, vous obtenez des « recommandations » (aller voir telle base spécialisée dans votre recherche), puis des titres (livres, articles, etc…) avec -petit plus- leur disponibilité en temps réel. Vous pouvez sauvegarder la recherche, l’envoyer par mail.
Le principe de base de Summon est: la recherche doit être simple, l’accès aux résultats aussi. Sauf que ce n’est pas forcément la vision qu’ont les bibliothécaires. Exemple? Summon utilise un créateur de liens qui ne rend qu’une ressource pour un titre donné. Si le titre est paru dans plusieurs références, on n’y a pas accès. Les bibliothécaires préfèrent avoir toutes les références, persuadés qu’ils sont que les « chercheurs » préféreraient aussi.
Alors quel intérêt d’avoir un outil de recherches qui ne reprend que les sources que vous avez déjà? Comment vous dire…je ne sais pas.
En ce qui concerne les étudiants -du moins les licence- qui ont l’habitude faire la majorité de leurs recherches sur Google, je ne suis pas persuadé de l’intérêt de Summon.
Pour les chercheurs, ils ont des habitudes, des sources préférées, et le fait de ne pas afficher -de prime abord- toutes les sources pourrait leur déplaire, ou leur compliquer la tâche.
Pour les bibliothécaires, il y aurait des items à modifier, il faudrait indiquer toutes les sources, ce qui contrarie le commercial (!).
Et puis il y a le prix!!! Il est calculé sur une base d’étudiants « à temps complet », avec des tranches par nombre: 1 000 à 1 500, 1 500 à 2 000, 2 000 à 3 000, etc…Une base de calcul de 5 000 à 6 000 se monte à 35 000 dollars US environ (à peu près 27 000 euros). Nous sommes loin du compte puisque pour nous il faudrait sans doute calculer à partir d’une fourchette 9 000-10 000. je vous laisse imaginer le prix. Ah oui, j’oubliais: c’est le tarif pour 1 an!!!
Alors, déjà que cet outil ne parait pas absolument indispensable, pour ne pas dire vraiment utile, à ce prix-là, ça en fait un gadget hors de prix. Nous avons déjà du mal à payer des bases, comment envisager de payer de telles sommes uniquement pour un outil qui va regrouper les résultats?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :