Publié par : kantreadenn | 9 septembre 2010

Ciel… un livre numérique!!!!


J’ai eu envie, en lisant la dernière parution de Liber Libri de réagir. En fait, ce sont surtout certains commentaires qui me poussent à « écrire » ce qui suit.
En ce qui concerne le billet lui-même:
déjà, ne pas connaître l’existence du piratage me semble faire preuve d’une certaine « naïveté » -n’y voyez pas de critique, c’est juste que cela m’étonne, tout ou presque étant « piraté » sur internet. Nos étudiants vont voir en ligne, je peux vous l’assurer et ils ont déjà pris le pli d’aller voir ce type de documents.
En ce qui concerne certains commentaires:
Il faut arrêter de penser que le livre numérique est « mal ». J’aime lire sur écran, même si c’est plutôt inconfortable, d’autant plus que certains livres ne sont -en ce qui me concerne- consultables que de cette manière, soit parce qu’ils ne sont plus disponibles, soit parce qu’ils sont trop chers pour ma petite bourse. Et en ce qui concerne les manuels, je ne pense pas que les étudiants en feront une lecture globale mais qu’ils en tireront les meilleures pages. Et j’imagine que dès qu’on pourra trouver des codes sur internet -ce qui est peut-être déjà le cas- nombre de juristes iront les consulter. Vous savez combien coûte un code? Et puis si -cerise sur le gâteau- il est possible de le charger sur une clé USB!!!
Il me paraît particulièrement négatif de voir les étudiants comme des fainéants irrécupérables vautrés sur un canapé pour regarder un film piraté sur internet -en mangeant un burger ou une pizza. De par ma profession, qui est celle aussi des commentateurs je pense, je croise tous les jours nombre d’étudiants qui ne ressemblent pas du tout à ce portrait. Par contre, il vrai qu’ils ont souvent tendance à rechercher ce qui est plus facile, ce qui leur permet de trouver plus aisément, ce que la bibliothèque ne leur permet pas toujours. Ce n’est pas parce que nos outils ne leur conviennent pas et que donc ils ne les utilisent que peu qu’il faut les voir comme des fainéants. Rincevent enfonce même le clou en écrivant que les étudiants ne savent parfois même pas que les bib existent. A qui la faute? Faisons nous tout ce qu’il faut pour leur faire savoir que nous existons d’une part, et pour leur rendre agréable la venue dans nos bib d’autre part?
Soyons lucides. Prenons un(e) étudiant(e) lambda, proposons lui 2 options:

  • travailler dans un lieu agréable, avec des copains (copines) où il pourra consulter des documents sur son ordi portable, en ayant son téléphone portable à portée de main -au cas où- et où il pourra croquer dans une pizza ou boire une canette.
  • travailler dans une de ces nombreuses bibliothèques où il est compliqué de trouver le livre dont il a besoin, et qui plus est le plus souvent emprunté, où il n’est pas trop autorisé de discuter avec ses copains, sans parler de répondre au téléphone, et encore de manger ou boire.

Il me semble qu’à sa place, je choisis la première solution. Et je ne pense que ce soit une raison suffisant pour me taxer de fainéantise. Si?
Pour conclure: j’adore les livres. Et peu importe le support. Mon âge fait que j’ai été élevé dans l’amour du « vrai » livre et que rien ne saura jamais totalement remplacer ce contact. Mais il y a des livres que je veux lire mais que je n’ai pas forcément envie d’acheter, ou les moyens -voir plus haut- alors si je peux les trouver sur internet, pourquoi n’en profiterais-je pas? Évidemment, il est sans doute préférable de les lire sur des sites « autorisés » plutôt que sur des sites de « piratage » -bien que comme le dise D. Bourion, la notion de piratage, hein?? Le monde change, n’est-ce pas…Il faudrait que les mentalités et les méthodes de travail des bibliothécaires suivent cette évolutions, et si possible sans année(s) de retard.
Pourquoi diaboliser le livre numérique? Après tout, de nombreuses bibliothèques prêtent des CD. Et pourtant le vinyle c’était tellement bien!!!

Publicités

Responses

  1. Bien vu.

    Pour les codes, cela fait effectivement plusieurs années que cela est disponible sur Legifrance (bouton « télécharger en pdf » sur http://www.legifrance.gouv.fr/initRechCodeArticle.do ) mais il y a encore plus joli, bourrés de liens hypertextes et tout aussi à jour sur http://textes.droit.org/code/ (pdf re-générés nuitamment plusieurs fois par semaine)

    Juste mes deux centimes d’euros.

    • Et bien voilà, pourquoi acheter un code alors que Légifrance vous le propose pour rien? Et est-ce vraiment + difficile à lire qu’un code papier? Pas sûr.
      Merci pour la source

  2. C’est dommage de ne pas être venu commenter sur le blog, je pense que la discussion en aurait été enrichie 🙂
    Si je suis bien obligée d’assumer ma naïveté dans le domaine – je n’en suis pas forcément fière -, je voudrais juste ajouter que je ne considère pas du tout la pratique de l’étudiant comme négative. Je me demande simplement le rôle que nous avons à jouer pour nous adapter, et accompagner ces pratiques. Être un lieu d’accueil agréable me paraît constituer une évidence mais la question que je me pose est de savoir si ce sera suffisant pour que les usagers se déplacent dans nos locaux.

    • bonjour et merci pour votre commentaire. Vous avouerez que cela eut été un peu long comme commentaire, c’est pour cela que j’en ai fait un article.
      Bien sûr qu’il ne suffira pas de leur offrir un endroit agréable. Il faut qu’en plus cet endroit leur offre les outils dont ils ont besoin, et pas seulement ceux que nous voulons bien leur donner!
      Alain


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :