Publié par : kantreadenn | 15 septembre 2010

Google vs Elsevier!


Les étudiants anglais préfèrent Google à Elsevier
brève de l’Enssib

Les étudiants préfèrent utiliser Google et YouTube plutôt que les coûteuses ressources électroniques de leurs universités pour leurs recherches documentaires…
…Les auteurs rapportent notamment que « Les gens attendent des ressources de leurs bibliothèques qu’elles fonctionnent de la même façon que celles disponibles en ligne, c’est-à-dire de façon simple et conviviale. [c’est moi qui souligne]Tant que les services payants des bibliothèques ne changeront pas, les usagers continueront de préférer les ressources du web. »

Cette étude concerne les étudiants anglais, mais il me semble qu’elle peut s’appliquer aux étudiants français. En tout cas, elle se vérifie tous les jours dans notre bibliothèque.
Certains appelleront cela de la “fainéantise”, il me semble que cela s’apparente plus à une conception fondamentalement différente de ce que doit être la recherche documentaire. Nous, bibliothécaires, restons ancrés sur les bas-fonds de nos certitudes, à savoir: les outils que nous mettons à la disposition de notre public ne peuvent être que “bons”, puisque ce sont les nôtres. Notre public est comme une barque qui flotte au gré des courants et s’amarre momentanément à des bouées qu’elle rencontre. Pour ce public, foin d’outils compliqués à utiliser, qui donne des résultats aléatoires, en fonction de critères et de termes que le lecteur ne comprend pas. Quel est le but d’un lecteur qui fait une recherche? S’exprimer normalement dans sa recherche et obtenir le résultat qui le satisfera.
Quand nous aurons compris que le lecteur lambda a besoin d’outils qui laisse libre cours à l’intuitif plutôt qu’au réfléchi, nous pourrons lui donner des outils simples et performants.
Comment croire que le lecteur va utiliser un module de recherche documentaire qui lui impose d’utiliser une “troncature” pour obtenir des résultats qui comprennent le singulier et le pluriel, ou qui ne tient pas compte des erreurs de frappe? Encore faudrait-il qu’il sache ce qu’est une troncature d’une part, et d’autre part sur Google, cette complication n’existe pas.
Alors, des ressources simples et conviviales? Le hic, c’est que nos bibliothèques ont beaucoup de mal à être simples et conviviales. Comment les outils pourraient-ils l’être?
Exemple: une recherche effectuée dans notre catalogue avec les deux termes “code civil” donne:
285 concordances avec en premier titre:
– Code civil allemand traduction en français du texte en vigueur au 31 octobre 2009 [ ???]
la même recherche sur Google donne:
– Code civil – Détail d’un code
Code civil. Version consolidée au 11 juillet 2010. Titre préliminaire : De la publication, des effets et de l’application des lois en général (Articles 1 à …www.legifrance.gouv.fr/

Avec notre catalogue, il vous faut encore consulter la liste pour trouver la bonne référence, ensuite cliquer pour avoir sa localisation, puis errer dans le labyrinthe de la Dewey et des rayonnages pour -peut-être- le trouver, sur Google, en 2 clics, vous avez votre code présenté article par article sur “Légifrance” prêt à être téléchargé -légalement.
Dernière nouvelle: Google vainqueur par KO!!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :