Publié par : kantreadenn | 5 novembre 2010

Journée ABF: les illusions perdues…


Journée ABF organisée à Chambéry ce jeudi 4 novembre 2010.
Le thème: les services innovants dans les bibliothèques.
Le programme
J’avais penser (voir commentaire ci-dessous) à une journée intéressante, où j’allais découvrir des services nouveaux, prenant en compte les usages des lecteurs!!! Et…

* on m’a parlé de bibliothèque “hors les murs”, qui en fait de service innovant, va porter la lecture dans les prisons, les maisons de retraites et les personnes en difficulté sociale. En 1982, je travaillais en lecture publique et nous faisions déjà cela!! En 1982, c’était un service innovant. Aujourd’hui?
* on m’a parlé de prêts de jeux vidéos en médiathèque, service aussi innovant à notre époque que le prêt de CD à l’époque de leur apparition!!! (voir ci-dessus)

J’ai écouté 6 des 8 interventions, et…

* une seule m’a parlé des nouvelles formes de communication, vous savez ces outils du diable (Google, Facebook, Twitter, etc…) qu’utilisent -forcément à mauvais escient- la plupart des étudiants d’aujourd’hui. En fait ceux qui ne les utilisent pas, c’est parce qu’ils n’ont pas d’ordinateurs
* une seule m’a parlé des services tels que le prêt d’ordinateurs à des publics en difficulté en relation avec les services sociaux de l’université, ou du prêt de liseuses (ou tablettes)
* une seule m’a parlé de création de nouveaux espaces dans les bibliothèques
* une seule m’a parlé -vraiment- et sans baragouin professionnel- de services innovants.

D’aucuns vont me trouver sévère, voire méchant, mais franchement je suis tellement déçu.

En plus il est évident qu’on ne peut pas dans une même journée parler de lecture publique et de lecture universitaire, mettre ensemble des professionnels de ces deux mondes, et opposer de parfaits bibliothécaires et des innovateurs. Il y a trop de querelles professionnelles entre ces deux mondes pour que les débats puissent être productifs.. Pourquoi faut-il que certains intervenants se gargarisent d’un langage abscons réservé à un public averti- et encore…- tout en expliquant qu’il faut s’ouvrir à tous les publics?

La salle dans laquelle on nous installe est petite, mal sonorisée, on ne dispose que de chaises. Rien pour poser le papier et écrire (la majorité des auditeurs le fait) je ne parle même pas de ceux qui sont venus avec leur ordinateur: le maintenir sur les genoux tout en tapant ses notes!!!

3 intervenants sont absents et seront remplacés au pied levé par des collègues. Il s’agit de:

* mise en réseau
* bibliothèque voyageuse
* jeux vidéos

1ère intervention : Dominique Lahary: directeur adjoint de la bibliothèque départementale du Val d’Oise: la menace fantôme

l’abondance de fautes sur le powerpoint nuit gravement à l’exposé, d’autant plus que celles-ci sont largement accompagnées de fautes orales.
D’autre part, je ne suis pas persuadé que la tentative d’exposé plus ou moins humoristique soit indispensable. Bien sûr, le rire des auditeurs peut donner une sensation de bien-être à l’orateur…
Il est facile de convaincre un public conquis d’avance avec des mots et des images qui relèvent plus de la facilité de la gymnastique de l’esprit que d’une véritable philosophie de l’évolution.

2ème intervention: Olivier Tacheau, directeur du SCDU d’Angers: Zut ! Mais où ai-je mis mon épée laser ? » : les bibliothèques universitaires…
un article sera consacré à cette intervention. Très vite, c’est promis!!!

3ème intervention: Annie Cucinotta, directrice adjointe aux bibliothèques municipales de Chambéry: la bibliothèque voyageuse
Mme Cucinotta étant absente, elle est remplacée au pied levé par 3 bibliothécaires (dont la directrice de la médiathèque de Chambéry) qui n’ont pas le texte de l’intervention et qui se débrouillent tant bien que mal -et plutôt mal…

Petite intervention “drolatique” de D. Lahary, “les bibliothèques obligatoires”, adaptation du “Théâtre Obligatoire pour Tous” de Karl Valentin. Je pense qu’on aurait pu nous éviter cela!

Pause!!! un buffet, des discussions, avec O. Tacheau, G. Maxit, etc… On a plus discuté que mangé…
Allez, on y retourne!!!

4ème intervention: Gilles Eboli, directeur des bibliothèques municipales de Marseille: des nouvelles du futur
et ben, j’aime pas son futur!!!
il est franchement dommage -pour lui- que son intervention ait été placée juste après le repas…somnolence digestive…quoique… un autre moment aurait-il rendu son discours plus digeste?
13:59: autant le dire tout de suite, à ce moment précis, je regrette vraiment que O. Tacheau ne soit pas le seul intervenant de la journée. L’intervenant actuel est soporifique…et je tiens à rester gentil avec lui.
Gestion du flux gestion du stock, mais qu’est ce que c’est que ce discours??? De quoi on parle là? Des lecteurs, des collections, des livres, du personnel. Pourquoi je comprends rien.
“je suis professionnel, parce que je sais mettre à disposition du public une collection que j’ai composée avec lui.” 1ère -et seule- chose à peu près intéressante qu’il dit.

5ème intervention: Alexandra Bruyère, directrice de la bibliothèque du Rize à Villeurbanne: la bibliothèque du Rize
mais qu’est ce que c’est que cette intervention? Quel rapport avec l’évolution des bibliothèques? (Dark Vador(t), non?)
un film d’animation clôt l’intervention, je n’ai rien compris. Ni à l’un ni à l’autre.

On nous propose une pause café-cigarette. On prend, on se retrouve à 5 autour d’une table au bistrot d’à côté, au soleil. Un des moments les plus sympas de la journée…

6ème intervention: télé conférence : Céline Meneghin, responsable du Système d’information et du multimédia à la BMI d’Epinal Golbey: jeux vidéo en bibliothèque
J’ai tenu 1/4 d’heure…
donc pas de compte rendu sur la dernière intervention et la conclusion…

Ma conclusion: merci M. Tacheau.
on peut faire rire en ne disant “rien”, on peut “ennuyer” en disant des “choses”. Paradoxal non?
pourquoi est-il si difficile de faire cohabiter BU et les médiathèques?
pourquoi est-il si difficile de parler simplement de choses simples?
Pour finir:
faire coïncider le thème des interventions et celui de la journée pourrait être un plus. Un seul des intervenants l’a fait, c’est un peu court
un fait caractéristique: la plupart des auditeurs applaudissait les interventions. Seul un des intervenants n’a pas eu d’applaudissements. Je vous laisse deviner qui…
UPdate:
vous voulez du service innovant, en voilà

Publicités

Responses

  1. Merci pour ce retour qui met les choses au point, au risque d’irriter.

    Je vous trouve même plutôt gentil en considérant le prêt de livrels comme innovant : des bibliothèques font cela depuis plus de trois ans et ils se diffusent énormément dans le grand public. Encore une fois, même sur les questions de documentation, les bibliothèques courent après la société tout en prétendant la guider.
    J’attends votre billet sur ce M. Tacheau avec impatience parce que son powerpoint ne me semble pas si original : ouverture large, facebook, tout cela est très bien mais très dans l’air du temps et n’annonce en rien l’avenir.

  2. Voici un compte rendu sans langue de bois, ça fait du bien, merci !

  3. Bravo pour ce compte rendu.

    J’ai assisté à un congrès de l’ABF, il y a deux ans, j’ai aussi été sidérée par la vacuité des propos, le manque de légimité des intervenants, la répétition des thématiques « étudiées ».

    Pour exemple, une collègue qui devait intervenir sur une table-ronde a passé plusieurs mois à essayer de connaître le contenu des interventions des autres participants pour préparer sa propre intervention. En réponse elle n’a eu que le menu du buffet du midi et ça n’est pas une blague ! Aucun des organisateurs ne pouvaient lui fournir d’informations sur les contenus… On ne s’étonne plus alors, de revenir d’une journée d’étude de l’ABF avec un fort sentiment de vide !

    Alors je m’interroge depuis un certain temps : quel objectif pour ces journées et congrès de l’ABF ? Je crains malheureusement qu’il ne s’agisse que de s’exhiber entre mêmes professionnels…
    Il me semble que depuis la fin des années 90, époque ou j’ai débuté dans ce métier, j’entends les mêmes observations sur les bibliothèques du futur, les espaces à changer, les services à offrir et effectivement, soit ces services existent depuis fort longtemps, soit les observations positives faites dans les autres pays (ah les pays nordiques et leurs magnifiques structures, combien de dossiers enthousiastes dans le BBF ?) ne sont jamais (sauf exception…) mises en pratique ici par nos chers conservateurs… Pourquoi ? Frilosité ? Manque d’intérêt ? Confort de la routine ?
    Dommage…

  4. Une journée d’étude n’est pas vraiment un lieu où apprendre des choses car comme le dit Mr Tacheau, pour cela , il y a la littérature professionnelle et tous les espaces numériques où les bibliothécaires publient. Pour moi, cela devrait être le lieu de débats mais en général le public est amorphe et pose des questions si ineptes qu’on en a parfois honte. Alors oui, on peut se moquer du manque d’intérêt des contributions mais à condition de se poser la seule question qui vaille : Et moi dans tout cela ?
    Alors gloussez bien, bâillez bien ! Mais vous , qu’avez-vous exactement fait de très innovant dans votre bibliothèque que vous eussiez pu présenter à la tribune. J’attends vos exemples avec impatience.
    (Rq à assistantB) : Penser que c’est uniquement aux conservateurs de faire avancer les choses dénote déjà pour moi une vision très frileuse de ce que doit être une équipe qui avance.

    • et moi dans tout cela? Et bien je n’ai pas gloussé, il n’y avait vraiment pas de quoi. Par contre j’ai baillé, parce qu’il y avait de quoi. Qu’avons nous fait d’innovant dans notre bibliothèque? Rien, et c’est bien pourquoi je suis venu à cette journée, pour découvrir -et c’est raté. Quant à votre remarque adressée à assistantB, je me dois de vous faire remarquer qu’en tant que C, mon -notre- pouvoir de faire avancer les choses est très réduit, surtout quand les responsables ne font pas avancer grand’chose. Frileuse l’idée que seuls les A peuvent faire avancer? Pas d’accord. Si eux ne font rien, que pouvons-nous faire?
      En tout cas merci de votre intérêt
      Alain

  5. @ Alain
    Quand on se moque des fautes de Mr Lahary, on évite d’en faire soi-même surtout des accords du participe passé 🙂

    • Vous avez raison quant à la faute, et d’ailleurs je vais la souligner, pour que les prochains lecteurs comprennent l’intérêt majeur de votre intervention. Autant vous avez raison de signaler ma faute, autant vous avez tort de penser que je me moque de M. Lahary. J’ai regretté les fautes, je ne m’en suis pas moqué.
      Alain

  6. Michèle,
    Donc, si j’en crois vos arguments, si les derniers concerts de Bob Dylan sont inintéressants (pardon pour les fans !) ça serait donc à cause du public… Non c’est bien parce que l’artiste a perdu de sa superbe ! Soyons sérieux : le public ne fait pas le résultat, c’est aux animateurs de déclencher un débat et un échange productif !
    Ensuite vous dites qu’une journée d’étude n’est pas un lieu pour apprendre des choses ??? Mais débattre, échanger et écouter les pratiques ne seraient donc pas un moyen d’apprendre des choses ? Alors quel intérêt ? Je ne comprends pas bien votre argumentaire !
    Quant aux conservateurs, comme le dit Alain, ne vous en déplaise, si en tant que B je peux faire des propositions, je n’ai aucun pouvoir décisionnel et c’est bien le conservateur qui mène la politique d’établissement à laquelle je dois me soumettre…
    Personnellement, je trouve l’intervention d’Alain justement constructive : il exprime une opinion qui mériterait réflexion et non un commentaire à la limite de l’agression…

  7. Si le post d’Alain n’était pas aussi « vachard » , il n’aurait pas attiré de tels commentaires. Ou je ne sais pas lire ou le ton est tout de même très provocateur et c’est réussi puisqu’il fait réagir. Je lui reproche juste la facilité qui consiste à critiquer sans jamais proposer. Que cette journée d’étude soit ratée c’est sans doute vrai, je n’y étais pas et l »exercice est sans doute voué à l’échec dès le départ (SVP relisez l’excellente contribution de Mr Tacheau, je suis allée la lire ailleurs que dans votre post , son introduction est tout à fait éclairante) Je voulais juste dire que le public est parfois très consommateur et qu’il voudrait qu’une journée d’étude lui apporte toutes les réponses alors qu’on sait que c’est illusoire car les réponses sont différentes d’un établissement à un autre. Je suis moi même B et j’avais d’abord cru qu’Alain était conservateur comme quoi les étiquettes administratives ne veulent pas dire grand chose.
    la résistance au changement , la frilosité ne sont pas l’apanage des seuls conservateurs….
    Et puis j’ai aimé le concert de Dylan que j’ai vu il y a 2 ans , ce n’est donc pas étonnant que nous ne nous comprenions pas.
    Sans rancune,

    • Chère Michelle,
      il ne faudrait pas que ce blog devienne un ring…merci
      Une petite précision: si vous avez cru que j’étais conservateur, c’est que vous n’avez qu’une lecture parcellaire de mon blog. Dommage…
      Vachard? Provocateur? Pas du tout. J’ai simplement retranscrit ce que j’avais ressenti, sans vouloir aucunement me moquer, ou blesser, ou provoquer.
      Que vous critiquiez mon article, j’en suis très content, ce blog est en partie fait pour cela. Que vous parliez d’une journée d’études où vous n’étiez pas me parait un peu limite. Que vous disiez que j’ai la critique facile et que je ne propose rien ne repose sur pas grand-chose. Et je vous rappelle que quoi que vous en disiez, un mag’ n’a a aucun pouvoir de décision dans une bibliothèque et que quoi qu’il propose, s’il n’est pas entendu….
      Pour finir: si cette phrase

      la résistance au changement , la frilosité ne sont pas l’apanage des seuls conservateurs

      s’adresse à moi, c’est que vraiment vous n’avez pas lu mon blog, ou alors vous n’avez pas compris.
      Cordialement
      Alain

  8. Je suis arrivée sur cette page par facebook où votre article a été repéré et les commentaires qui y ont été faits montrent bien que je ne suis pas la seule à avoir relevé le ton « provocateur » Je ne veux blesser personne et je n’ai pas l’impression d’être agressive (comme vous …:)) mais j’ai organisé des journées d’études pour l’ABF dans ma région et je me suis sentie blessé pour les collègues de BM qui ont témoigné (peut-être que les BU et les Bm ne font pas bon ménage). Je voulais juste faire remarquer que tout le monde (quelque soit son grade) peut adhérer à l’Abf et participer, bénévolement, aux actions régionales ou nationales de cette association. C’est vrai qu’on est parfois déçu par des intervenants, que certains ne fournissent pas le contenu de leur intervention, que d’autres qui sont brillants à l’écrit sont nuls à l’oral , que sur certains sujets, on peine à trouver des exemples intéressants qui ne sont pas à l’autre bout de la France, que certains font faux bond la dernière minute mais ce sont les impondérables inévitables à ce type de manifestation. Alors on peut arrêter d’essayer d’organiser des choses ou les sous-traiter à des communicants très chers et pas forcément en phase avec la réalité de terrain. Si votre post est plutôt bien écrit et bien envoyé , je pense qu’il va décourager beaucoup de gens de témoigner de leur activité et c’est dommage car on a bien besoin de progresser.
    Allez je vous laisse et je ne pense pas que je reviendrai car je n’aime pas trop la polémique
    Cordialement

    • Chère Michelle
      tout d’abord je tiens à préciser que je n’ai pas eu connaissance des commentaires publiés sur Facebook, et croyez bien que je le regrette. Pourquoi ces commentaires -dont vous dites qu’ils sont critiques à l’égard de cet article- n’ont-ils pas fait l’objet de commentaires sur mon blog? C’est dommage, j’aurais pu y répondre…
      Je n’avais pas du tout l’intention de blesser qui que ce soit, et si c’est le cas, j’en suis tout à fait désolé. Mais je reste persuadé que les choses doivent être dites, même si elles ne plaisent pas toujours. (voir le commentaire de Mme Meneghin).
      Arrêtons SVP d’opposer systématiquement BM et BU, ce n’est pas l’objet de la discussion.
      Quant à savoir si mon article va décourager des personnes, d’une part ce serait dommage, d’autre part il me semble qu’au contraire la majorité des participants semblant avoir été satisfait de son déroulement, il faut continuer comme cela.
      par contre il est vraisemblable qu’en ce qui me concerne, on ne m’y reverra plus.
      Cordialement
      Alain
      PS: je n’ai jamais eu l’intention d’ouvrir une polémique, je voulais simplement témoigner de ma déception.
      PS 2: comme il semble que vous ne reviendrez pas sur mon blog -croyez que je le regrette- je vous envoie cette réponse par mail

      • Comme je suis une petite curieuse et que j’aime le débat (pas la polémique) , je suis revenue et j’ai longuement répondu à asssitantb sur des sujets qui vous concernent aussi (voir plus bas). Je vais pas tout répéter vu que je double mes coms avec Facebook.
        Je pense que ce qui peut blesser c’est de réduire une intervention à quelques mots, un peu comme une annotation sur une copie , littérairement , l’effet est plutôt réussi , mais ce n’est pas très honnête surtout pour celles qui remplacent au pied levé leur directrice…. Je m’imaginais à leur place et franchement ça m’aurait fichu un sacré coup au moral.
        Débattre est difficile car il faut souvent faire long pour être juste et du coup risquer d’ennuyer son monde. Ceci dit c’est votre blog et vous avez le droit d’y dire ce que vous voulez et comme vous à la journée d’études, je trouve juste un peu futile qu’on ait pris tant de temps pour ne pas parler de choses vraiment innovantes .

  9. Bonsoir,
    Puisque j’ai été nommément citée dans votre billet, permettez-moi un droit de réponse.
    J’accepte la critique, elle fait évoluer et avancer, elle évite de se reposer sur ses certitudes. A cela près que pour qu’elle soit constructive, cette dernière doit être un tant soit peu argumentée.
    Vous me voyez bien désolée du fait que vous n’ayez pas tenu plus d’un quart d’heure. Étant à distance et n’ayant aucun retour visuel de l’auditoire auquel je m’adressais, il a été difficile de créer de l’interactivité.
    Ce que je constate dans vos commentaires est également que votre déception provient sûrement du fait que les BU n’ont pas été assez évoquées. Les BM ne semblent pas trouver grâce à vos yeux. Mais voilà, nous n’avons effectivement pas les mêmes publics (quoique les étudiants savent nous apprécier les samedis et dimanches) et pas les mêmes questionnement et thématiques professionnelles.
    Je n’ai pas la prétention de juger bonne ma prestation, son ambition était juste de montrer par quelques exemples concrets (de BM, désolée) comment nous tentions de faire de nos établissements des lieux plus chaleureux, plus conviviaux et qui accueillent sans préjugés quant à des « cultures légitimes » supposées.
    Un dernier mot sur votre procédé, il est facile de jeter en pâture des commentaires lapidaires sur un blog (en nommant chaque collègue, répétant son poste et notant d’un commentaire comme on note une copie), mais je vous rappelle qu’un temps d’échange était offert après chaque intervention et que la parole n’était pas brimée, rien ne vous interdisait de vous faire entendre à ce moment.
    Bien cordialement.

    • Bonjour
      pas de problème pour le droit de réponse.
      Je n’ai rien contre les BM!!! Je ne sais pas où vous avez lu cela?
      Je n’ai pas noté les participants, j’ai simplement émis un avis.
      Je suis persuadé que si j’avais utilisé la même méthode mais en signalement mon contentement, mon admiration, cela n’aurait pas été relevé.
      La critique est-elle interdite? Ou bien parce qu’elle vient d’un magasinier, elle est moins acceptée?
      Je me répète: je n’ai rien contre les BM, qu’on arrête de me faire un procès d’intention à ce sujet.
      « jeter en pâture des commentaires lapidaires sur un blog »!!!
      voilà qui est particulièrement méchant à mon encontre.
      Je savais que cet article provoquerait des réactions. Après tout, qui écrit pour ne pas faire réagir? Seulement je m’attendais à des réactions relatives au sujet de la journée ABF, pas à propos de la forme de mon article. Ou alors les réactions sont sur Facebook, là où je ne peux les lire!!!
      Ce n’est pas votre intervention en soi qui m’a fait quitter la salle. C’est l’accumulation.
      J’ai regretté que la plupart des interventions ne présentent pas réellement d’innovation. Est-ce un tort?
      Pour en finir: je vous cite:
      « nous tentions de faire de nos établissements des lieux plus chaleureux, plus conviviaux et qui accueillent sans préjugés quant à des “cultures légitimes” supposées. »
      ce n’est pas l’objet de mes critiques. C’est très bien et cela me parait même être la moindre des choses. Je regrette tellement que cela n’existe pas chez nous. mais ce n’est pas pour cela que j’étais venu. Et c’est tout ce que j’ai essayé de dire.
      Cordialement
      Alain

  10. Alain : merci pour ton papier ! Je n’étais pas à cette journée mais j’en ai connu des pareilles, alors ça fait du bien de le dire. Et tant pis pour les bons petits soldats qui refusent la critique, quand quelque chose ne va pas, il faut le dire…
    Bonne continuation !

    • merci de ce commentaire. Et de l’avoir fait ici!!!
      Alain

    • Je ne suis pas un bon petit soldat : je me fous de cette journée où je n’étais pas.
      Je dis juste que le débat ne se résume pas à j’aime ou j’aime pas

      • Si vous vous « foutiez » réellement de cette journée, je pense que vous n’auriez pas fait autant de commentaires! Le débat ne s’est pas résumé à « j’aime ou j’aime pas », j’ai dit que cette journée ne traitait pas le sujet annoncé dans le programme qui était je le rappelle:
        Les services innovants dans les bibliothèques
        et que je le regrettais. Et j’ajoute que si le thème annoncé avait été traité, j’aurais vraisemblablement posé des questions.
        Je suis content que vous soyez finalement revenue, et j’espère que vous reviendrez encore.
        Mais j’espère également que si mes futurs articles sont sujets à débat(s), ceux-ci se feront ici, et non pas sur une page Facebook dont j’ignorais l’existence et laquelle je n’ai pas accès.
        Très cordialement et sans aucune agressivité aucune
        Alain

      • Sur facebook, il y a plein de bibliothécaires et de bibliothèques il suffit de s’inscrire ; les blogs, il y en a beaucoup c’est dur de les suivre tous …; l’ergonomie du votre est un peu compliquée car on a pas la liste des sujets postés qui s’affichent. Bon je vais le mettre dans mon agrégateur RSS 🙂
        Quand je dis que je me moque de cette journée c’est que je n’étais pas impliquée dedans sinon j’aurais été beaucoup plus méchante 🙂
        Je fatigue un peu sur ce sujet et puis là c’est le week-end (eh oui) , j’ai pas trop envie de me replonger dans le boulot, je rentre seulement.
        Ce qui m’a agacée , je crois, plus que votre post c’est l’habituelle cohorte de gens qui se contentent de dire bravo dès que ça « frite  » un peu.
        Au plaisir de vous lire bientôt

  11. Je crois Alain que vous avez vraiment bien fait d’écrire ce billet. Grâce à lui et au dernier commentaire de Michèle avant son départ d’ici, on découvre donc qu’il ne faut pas dire du mal des journées d’études ABF, par respect pour des collègues bénévoles, ou parce que les organisateurs sont des amis… Et la qualité dans tout ça ? Et l’intérêt ? Et l’argent engagé ? Je ne pense pas que le bénévolat fasse qu’on ne puisse pas émettre de critiques sinon comment progresser et comment faire évoluer nos pratiques et nos métiers ? Si les avis négatifs ne sont considérés que comme de la provocation pour moi il y a problème…

    • Je parlais du bénévolat des organisateurs (et parfois des contributeurs) pour dire que tout le monde pouvait s’y engager (quelque soit son grade ) et j’essayais d’expliquer que quand on n’organise rien, on ne peut pas se tromper … Et comme le disait l’intervenante qui s’est sentie blessée , il aurait sans doute été plus intéressant d’intervenir pendant la journée …
      J’ai toujours dit que j’avais beaucoup aimé l’intervention de Tacheau que je suis allée lire avant d’intervenir. Je suis aussi allée voir le site de la BU d’Angers qui vient d’ouvrir et qui est donc plus axée sur l’innovation que celles qui fonctionnent depuis plus longtemps . Il faudra peut être attendre quelques années pour voir si cet élan se confirme.
      J’aurais aimé pouvoir lire les autres contributions pour voir si les commentaires d’Alain étaient justifiés ; j’espère qu’elles seront publiées sur le site de l’ABF. Je ne connais personnellement aucune des personnes qui sont intervenues sauf par leurs publications antérieures pour Mrs Eboli et Lahary .
      Alain a tout à fait le droit de dire qu’il n’a pas aimé mais on ne sait strictement rien dans son post des actions de Chambéry, de Marseille,d’ Epinal ou de la BDP du Val dOise juste qu’il n’aime pas le futur de Mr Eboli (moi non plus j’en ai bien peur) Ce n’est pas le fonds qu’il attaque et c’est cela qu’il faut décortiquer sinon il ne s’adresse qu’à la centaine de personnes qui ont assisté à la journée et il n’y a pas de débat possible que sur la forme et c’est dommage. Le web permet cela : être informé à distance sans avoir à se déplacer mais comme on le voit ici et comme Sophie biblio le fait remarquer c’est un peu plus difficile pour débattre car les lieux sont trop éparpillés J’en reviens donc à ma première remarque: la journée d’études n’est intéressante que quand le public participe , a des avis sur le sujet et ne vient pas en simple consommateur d’idées qui même s’il les trouvait géniales ne pourrait pas les appliquer puisqu’il n’est qu’un pauvre C ou B *Là et seulement là , je me moque un peu . La rencontre doit vraiment apporter un plus par rapport à la lecture d’un article, sabre laser ou non…
      Moi c’est mon coeur de métier d’organiser des formations et des « rencontres » pour les collègues et c’est pour cela que je me suis permis de réagir face à une journée où je n’étais pas.
      Je continue à beaucoup lire sur le net et je m’intéresse aux débats sur le métier et je risque bien de venir encore voir ici ce qui s’y passe ….
      Pour alimenter la réflexion sur l’innovation , je vous invite à visiter (virtuellement) la bibliothèque universitaire Humbold de Berlin qui est aussi ouverte à la population (ça réglerait peut être ces querelles de clocher ridicules entre BU et BM) ouverte 7 jours sur 7 et jusqu’à minuit du lundi au vendredi …

  12. J’arrive un peu après la bataille mais merci pour ce billet ! je ressens la même chose dans la plupart des journées d’étude comparables ! Enfin quelqu’un qui ose dénoncer cette grande mascarade de « l’innovation », des « services innovants », des « nouvelles technologies » qui ne sont que de grands mots qui servent de prétextes à des conservateurs un peu prétentieux (voir les pathétiques droits de réponse ci dessus !) pour étaler une rhétorique frelatée et une absence totale d’innovation réelle !

    D’accord par exemple pour mettre des jeux vidéo en bibliothèque, c’est super, mais comment peut on parler sérieusement d’innovation à ce sujet ???? : un des loisirs et produits culturels les plus répandus, les plus vendus, etc et depuis des années !!!! Ce que la profession appelle ‘innovation » ce n’est qu’une façon arrogante de parler du fossé qui sépare des établissements et des responsables ringards de la réalité de la société d’aujourd’hui….

  13. […] The busiest day of the year was November 6th with 362 views. The most popular post that day was Journée ABF: les illusions perdues…. […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :