Publié par : kantreadenn | 15 décembre 2010

Ouvrir plus…


…oui, pourquoi pas…mais pour qui, pour quoi, comment?

Le MET, “le Mouvement des ETudiants” vient de (re) lancer une pétition pour l’élargissement des horaires d’ouverture des BU. En voici le texte:

Pétition pour l’élargissement des horaires de la BU
En signant la pétition, je demande :
1/ Que les étudiants qui le souhaitent puissent être embauchés par l’université afin d’assister le personnel de bibliothèque ; ouvrir plus largement les bibliothèques universitaires et ainsi bénéficier d’un job idéal sur leur lieu d’études.
2/ Que la Bibliothèque Universitaire soit ouverte jusque 23h, ainsi que tout le weekend et durant les vacances universitaires pour préparer les examens.
3/ Qu’un service minimum soit instauré en cas de grève car les universités françaises sont publiques, et la continuité du service public doit être assurée.

Quelques réponses à cette demande:
1/ les BU embauchent déjà des étudiants pour “assister” le personnel. Lors du dernier élargissement de nos horaires, deux étudiants ont été embauchés pour le permettre et deux autres sont embauchés chaque année pour assister les BAS dans leurs tâches.
2/ je ne me prononcerai pas sur les BU en général, mais en ce qui concerne notre université, je ne vois vraiment quel nombre d’étudiants cela pourrait intéresser. Nous fermons actuellement à 19 heures, et cela “n’intéresse” qu’un nombre vraiment réduit de lecteurs.
3/ pas de commentaire sur ce point.

Bien entendu, je ne suis pas contre à priori des ouvertures élargies, qu’elles soient ponctuelles ou permanentes. Mais il y a tout de même des questions essentielles auxquelles il faut répondre avant de se lancer dans un tel chantier.

  • Qui va assurer ces ouvertures élargies?
  • du personnel titulaire? Il va falloir le payer en heures supplémentaires ou lui assurer des récupérations qui vont amputer le service.
    des étudiants? Qui va les former, à quoi et quand? Quels services seront-ils amenés à rendre? De la surveillance, du renseignement bibliographique, du prêt? Seuls, ou avec du personnel titulaire?

  • Pour qui?
  • quels sont les lecteurs qui vont venir travailler à la BU jusqu’à 23 heures? Celles et ceux qui auront un véhicule, ou qui logent à proximité. Il n’y a plus de transport en commun à cette heure tardive, le quartier n’est pas forcément très rassurant à fréquenter dans cette zone horaire.
    quels sont les lecteurs qui vont venir travailler à la BU le weekend? Celles et ceux qui habitent sur place. Le vendredi après-midi est statistiquement le moment où la plupart des étudiants rentrent chez eux -c’est-à-dire essentiellement chez leurs parents.

  • Comment assurer ces ouvertures élargies?
  • il faut rappeler que travailler de nuit ou le weekend implique des heures payées plus, que sur les weekend, il serait nécessaire d’embaucher un nombre d’étudiants très important pour assurer le roulement. Il serait très difficile de faire participer le personnel titulaire pour la simple raison que les ouvertures de la semaine deviendraient difficiles à assurer -sauf à augmenter les effectifs, ce qui ne semble pas être la priorité du ministère actuellement.
    D’autre part, il arrive que les étudiants que nous embauchons aient des difficultés à assumer leurs études et leur emploi, que ce soit parce qu’ils n’arrivent pas à gérer leur emploi du temps, ou bien parce qu’ils sont soumis à des modifications d’emploi du temps qui empêchent leur présence à la BU.

Il est essentiel d’avoir à l’esprit que tout cela a un coût: paiement des heures, électricité, chauffage, etc… Qui va prendre en charge ces budgets conséquents?
Bien sûr, on peut se dire que l’essentiel n’est pas le nombre de lecteurs intéressés, mais qu’il y ait des lecteurs intéressés. Il existe en France des BU qui ont des horaires très élargis. En existe-t-il qui ouvrent tout le weekend? Quels en sont les retours, à combien de lecteurs s’adressent-elles? Quels sont les conséquences sur les budgets de fonctionnement?

A l’heure où on envisage de ne pas remplacer un fonctionnaire partant à la retraite sur deux, où il devient de plus en plus difficile de remplir notre mission de service publique, comment concilier une demande sans doute justifiée -mais à moduler en fonction des BU et des besoins locaux- et un manque de moyens -humains en particulier?

Publicités

Responses

  1. Je reviens juste sur un des points évoqués dans la pétition : assurer un service minimum en cas de grève.
    Je ne sais pas quels sont les cas définis par le « service minimum », mais en tout cas ça ne peut pas se définir au niveau d’une université.
    En effet par principe (ou par défaut), le droit de grève interdit de remplacer un gréviste dans ses fonction.
    Si donc il y a un gréviste dans la bibliothèque, et 4 agents bien présents, mais que le gréviste était prévu sur le planning pour assurer le service public le matin, les autres collègues ne peuvent le remplacer.
    C’est du moins ce que j’ai toujours entendu (sinon, on va à l’encontre du droit de grève).
    L’astuce est alors de se renseigner à l’avance (sachant qu’on n’en a pas le droit non plus…) pour savoir qui fera grève le lendemain, et ne pas les prévoir au planning ce jour-là.

    Je laisse toute personne plus compétente (et elles sont nombreuses !) corriger si ce qu’on m’a dit s’avère faux.

    • L’astuce qui consiste à se renseigner avant ne peut se faire puisque les agents n’ont pas d’obligation à se déclarer à l’avance gréviste. Chez nous, quand il y a des grévistes, leur éventuelle permanence dans la journée est assurée par les non grévistes mais si ils devaient assurer l’ouverture ou la fermeture, la BU ouvre plus tard ou ferme plus tôt. De toute façon, il y a toujours un service minimum -ne serait-ce que l’ouverture de la BU- puisqu’il y a toujours des non grévistes. Avoir la BU ouverte est un service minimum, non?

  2. Cette question de service minimum en cas de grève est délicate, si il y’a service minimum, il faut des réquisitions de personnel ou bien leur remplacement par des moniteurs étudiants…
    Je pense quant à moi, que la bibliothèque n’est nullement un service minimum de l’université, surtout pour une fermeture qui est rarement une vraie surprise… Les bibliothèques ne sont nullement indispensables à la survie d’une université pendant une journée, ce n’est pas diminuer notre rôle que de le dire…

    Dans la bibliothèque dont je m’occupe, il est fréquent qu’il n’y ait qu’un seul agent non gréviste, voire deux, voire aucun… nous fermons donc et je propose aux moniteurs de faire leurs heures à un autre moment. La faculté nous a fait savoir qu’ouvrir sur un horaire 10h-12h, 13h-18h provoquait plus de mécontents qu’autre chose et qu’il valait mieux s’abstenir (je ne comprends pas, je dois dire)… Les agents ici « jouent le jeu » sans y être obligés et acceptent de m’avertir de leur grève : affichage la veille, message sur le site web, prolongation des prêts, éventuellement règles de prêts assouplies les veilles de grève etc… Alors évidemment, nous n’avons pas à utiliser l’astuce de Lully pour éviter les planning à trous.

    Par ailleurs, beaucoup de personnes dans notre faculté considèrent qu’il s’agit d’un service minimum : les jours de grève où il n’y avait personne (entre les grévistes, les transports et les enfants à garder, on y arrive vite) « quelqu’un » a ouvert plusieurs fois la porte et les services techniques qui sont intervenus pour évacuer la bibliothèque se sont fait insulter… Les étudiants se sont apparemment fort bien autogéré, soit dit en passant.

    J’aime particulièremet le point 1 de la pétition : « Que les étudiants qui le souhaitent puissent être embauchés par l’université afin d’assister le personnel de bibliothèque » si on embauche tous les étudiants qui le souhaitent, on va remplir toutes nos places assises avec nos moniteurs!

  3. Allez je me risque à un commentaire, et merci pour ce blog…
    La question des horaires élargies n’a pas fini de faire débat et de déchaîner les passions.
    Rappelons nous ce début d’année (http://www.ferc-sup.cgt.fr/site/IMG/pdf/appel-pour_9-4-10_LYON_1.pdf), les personnels de Lyon 1 s’étaient mis en grève pour protester contre la mise en place d’extensions d’horaires des BU. En effet la présidence de l’université choisissait d’ouvrir plus largement les BU pour répondre à la fois à la demande de certains syndicats étudiants comme le MET et d’une certaine ministre de l’Enseignement Supérieur. Malheureusement la direction du SCD avait déjà pointé un déficit de 10 emplois temps plein au moment où les horaires n’étaient pas encore élargies. Que cela ne tienne, les horaires ont toutefois été élargies sur un des deux campus de Lyon 1, la Doua ne devrait pas tarder à en faire autant. A noter aussi que certains syndicats étudiants soutenaient la démarche des personnels en grève.
    Grand Emprunt, Campus d’excellence… la mise en concurrence des universités poussent les présidents à multiplier les « effets vitrines » et les coups de com’ pour prendre le dessus à grands coups d’arguments souvent populistes.
    Bien sûr qui n’aimerait pas prendre un bus ou un métro à n’importe quelle heure, qu’il y ait des trains toutes les demi-heures etc etc…
    Bon il faut faire là la part des choses, il y a certainement d’un côté une demande des étudiants, mais une demande très largement minoritaire et l’application d’extensions sur certains campus est aberrante (pas de transports en commun ni pour les étudiants, ni pour les personnels, pas de service de restauration, campus non sécurisés etc…)
    Employer des moniteurs étudiants pour pallier au manque de personnel, c’est ce que préconise l’ADBU (http://media.education.gouv.fr/file/89/9/5899.pdf) mais dans quelle mesure ?…
    De plus est-ce réellement toujours un avantage pour les étudiants (comme voudrait le faire croire l’ADBU) souvent recrutés à minimum BAC +4 de travailler en bibliothèque (de 20h à 23h) en effectuant uniquement de la surveillance de salle ou du rangement de documents avec des contrats de vacataires payés au smic horaire sans congés payés ?… Même MacDo paye mieux… Suivant les BU les moniteurs-étudiants sont plus ou moins impliqués dans le travail de formation aux usagers (ce qui est une bonne chose soit dit en passant), ou dans l’aide au renseignement bibliographique mais ce n’est évidemment pas toujours le cas.
    Bien sûr il ne faut pas généraliser mais dans un contexte où les budgets sont souvent vus à la baisse, où le recrutement ou encore la titularisation de personnels sont de plus en plus « rares », est-ce vraiment responsable de parler d’extensions d’horaires en mettant souvent uniquement dans la balance des négociations des arguments populistes repris à certains syndicats étudiants.
    Bien sûr les extensions d’horaires en elles ne sont pas une mauvaise chose mais pour revenir aux premiers commentaires les BU fonctionnent déjà souvent en service minimum dû au manque de personnel. Le travail s’effectue souvent en flux tendu.
    Ainsi les extensions d’horaires ne feront pas regrimper par magie le taux de réussite en Licence et si quand bien même c’était le cas, comment les mettre en place avec la baisse des effectifs… Alain l’explique bien d’ailleurs…
    A l’heure du VPN, des possibilités de travailler « hors les murs » se sont offertes aux étudiants, n’y a t-il pas là non plus une certaine contradiction. Les étudiants ont déjà accès à certains services 24/24.
    Enfin bref, il s’agit là souvent d’une question éminemment politique qui se pose dans les universités. La problématique devrait être examinée au cas par cas, avec la possibilité d’offrir un vrai plus aux usagers ainsi qu’aux personnels (étudiants, contractuels et titulaires) et non pas passer en force comme ce fut le cas à Lyon 1..

  4. […] voir:  ouvrir plus […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :