Publié par : kantreadenn | 31 janvier 2011

Je slam, tu slames…


Jeu de mots facile en rapport bien évidemment avec l’article qui fait le “buzz” depuis une semaine dans la blogosphère biblioprofessionnelle, j’ai nommé:
Grand corps malade!!!!
article qui rend nos blogs orphelins!!!
J’ai beaucoup aimé ce billet, dont je partage l’essentiel de la vision. A mon niveau de magasinier. Par contre, la lecture de la plupart des commentaires m’a fait une impression bizarre: ça discute, ça échange, certains en viendraient presque aux mains (virtuellement s’entend), on prône la réflexion, etc…, mais de solutions, nenni.
Si j’ai bien compris, ce billet était une sorte d’alerte à la population des “dirbu” et des décideurs de la catégorie A. Il y aurait une partie des “dirbu” et des décideurs qui ne conduiraient pas les bibliothèques dans la bonne direction, leur faisant prendre le risque -voire ayant déjà fait le nécessaire pour- de voir leur intérêt diminuer voire disparaître. Ils dirigent les bibliothèques droit dans le mur et soit ne le voient pas, soit ne veulent pas le voir.
Et là où D. Bourrion fait un constat encore plus noir, c’est lorsqu’il dit que les décideurs ne le liront pas parce qu’ils ne sont pas dans les réseaux sociaux. Et ceux qui y sont, et qui lisent le billet de D. Bourrion, et le commentent -ad nauseum- me semblent tellement sur la défensive…
Voyez-vous, Daniel -vous permettez que je vous appelle Daniel?- voyez-vous, donc, à la lecture de ces commentaires, il semble que ayez une vision résolument pessimiste de la situation, et que la plupart de vos collègues en responsabilité font ce qui est nécessaire pour que les bibliothèques où ils œuvrent soient des bibliothèques vivantes, connectées avec le public. Il ne resterait en fait que quelques bastions d’irréductibles bibliothécaires qui feraient de la résistance pour ne pas céder aux sirènes des réseaux sociaux.

Je me suis interrompu pour aller déjeuner. A mon retour, avant de reprendre cette rédaction -dans laquelle je voulais expliquer le point de vue d’un magasinier à certaines personnes ayant exprimé le fait que « secouer le cocotier » était toujours une chose possible, même si le cocotier était habité par un supérieur hiérarchique- j’ai lu les quelques nouveaux commentaires de cet article.
Il y avait celui-ci: (c’est moi qui souligne)

Ton billet pose de bonnes questions :
1. l’importance des bibliothèques en général et des BU en particulier décline
2. trop de réponses institutionnelles montrent une incompréhension du problème (par exemple les fameux portails, toujours plus chers, plus compliqués et obsolètes avant même leur mise en service intégrale)
Je suis plus réservé sur les réponses. Ce n’est pas à cause des « vieux » que nous avons vécu la révolution numérique. Elle s’est imposée toute seule, et les vieux, quand ils étaient plus jeunes, y ont contribué à partir de la fin de année 1990 en popularisant internet en bibliothèque. Le rêve d’Eugème Morel s’est réalisé : un lecteur autonome ayant accès facilement à tout. Le seul problème pour nous, c’est qu’il s’est réalisé en dehors de la bibliothèque.
[Oui! Mais pourquoi?]
Ce qui ne signifie pas que nous ne servirons à plus rien, mais à autre chose

[oui! Mais à quoi, là, maintenant?]….

Et puis surtout, ceci:

Pour ma part je trouve que la profession n’a jamais été aussi stimulante, que nous n’avons jamais eu tant de choses à faire, que nous n’avons jamais tant fait, tant réalisé. Finie, la complainte du pauvre bibliothécaire incompris (mais génial), l’avenir est à nous, agissons, Olé !

Une chape de plomb s’est abattue sur moi, et j’ai décidé d’arrêter là ma rédaction.

Publicités

Responses

  1. Et tu (on peut même se tutoyer si tu le veux), tu ne vois pas, donc, certains mails que je reçois, où l’on me remercie et où l’on me dit que c’est encore pire ici ou là…
    Oui, chape de plomb…

    • En tout cas, j’ai trouvé ton (on se tutoie donc, avec plaisir) intervention très « rassurante » bien que désespérante à la fois.. Parce qu’elle m’a conforté dans ma certitude -basée sur des faits- que rien ne va et que nous filons dans le décor.
      Bon courage
      Alain


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :