Publié par : kantreadenn | 9 septembre 2011

C’est la pause…


J’ai une réputation d’emmerdeur. Le type qui est toujours en train de critiquer, qui a une grande gueule, et qui en plus n’hésite pas à s’opposer à sa hiérarchie alors que d’autres laissent couler tranquillement, protestent à mi-voix en espérant de tout cœur qu’on ne les entend pas. J’avoue, cette réputation n’est pas usurpée, et je l’assume. Comme j’assume le fait qu’il m’est arrivé, parfois, de manquer de diplomatie, parce que parfois les personnes, ou les faits m’agaçaient tellement…
Lorsque j’ai ouvert ce blog, mon intention était de parler de mon métier en général, de mon métier dans cet établissement, de cet établissement. Mais en relisant mes articles, je m’aperçois qu’en fait, plutôt que faire ce que j’avais envisagé, j’émets le plus souvent des critiques -parfois acerbes- à mon sens toujours justifiées. Il est vrai qu’en écrivant ces articles, j’espérais -naïvement- [tu vois Gaël, il me restait un fond de naïveté] que je créerai des réactions. La plateforme WordPress permet assez facilement de savoir qui me lit, aussi il me semblait impossible de ne pas réagir. Quand je vous dis que j’étais naïf!
En tout état de cause, je ne m’attendais pas à une révolution, et mes idées ne conviennent pas forcément -après tout on peut garder ouverte une BU avec très peu de public- mais au moins à ce que certaines de mes critiques provoquent des discussions -à défaut de débat. Le silence est la pire des critiques. Il signifie qu’on vous ignore, et que quoi que vous puissiez dire, rien n’aura d’importance et d’intérêt, et que tout continuera comme avant, même mal.
Il m’est insupportable de savoir que nombre de BU se complaisent dans l’image de bibliothèques datant du siècle dernier, se donnant de temps à autre une idée de modernité avec des faux-semblants qui ne trompent personne -et surtout pas les étudiants, la preuve ils ne viennent (presque) plus- que l’on préfère y comptabiliser des heures d’ouverture, des passages de lecteurs, mais ignorent la vraie modernité, celle qui consisterait à se doter de moyens et d’outils qui correspondraient à ceux de ces jeunes gens qui forment l’essentiel de notre public. Mais une bibliothèque est un lieu d’études, un lieu de silence et de recueillement, où rien ne doit dépasser des normes et transgresser le sacrosaint règlement.
[on demande aux lecteurs de faire silence, de ne pas utiliser leur portable, mais on installe dans la BU un appareil qui permet de recharger les cartes du RU et qui émet -3 fois par personne- un sifflement d’alarme anti intrusion pour que la personne n’oublie pas de retirer sa carte!!!]
Une BU que je nommerai pas parce que tout la connaît vient de mettre en place un règlement qui contraint ses lecteurs -à partir de certaines heures- à réserver une place pour entrer et à se présenter à un guichet. Une BU n’est-elle pas un établissement ouvert à toutes et à tous?
Alors, plutôt que continuer à alimenter la blogosphère professionnelle de mes coups de gueule, je me mets en congé de cette blogosphère. Je n’ai pas envie d’écrire des articles où j’expliquerai à longueur de lignes comment j’ai pris le café avec mes collègues, comment on a fait du refoulement dans le magasin monographies ou d’autres choses encore plus passionnantes pour le lecteur. Il y aurait beaucoup à dire sur la manière dont est gérée la BU, sur les relations entre la hiérarchie et le personnel, sur les relations avec le public, sur l’accueil, sur les moyens, sur les outils. D’autres le diront peut-être…
Merci de m’avoir lu jusqu’à aujourd’hui. Merci à celles et ceux qui ont commenté.
Je passe en mode « pause ».
PS: la goutte qui fait déborder la vase? Depuis la « rentrée », nous organisons des visites de la BU, par groupes de 25, en 10 mns environ, menées donc au pas de course. Qui se pose la question de savoir combien d’étudiant(e)s sur les 25 qui participent à ce trail indoor, s’intéressent à ce que dit la BAS? Je ne suis pas sûr que cela ait une quelconque importance. Nous faisons du chiffre. A raison des 4 visites par 1/2 journées, le compteur de passages va exploser. C’est bon, je ne suis pas ces stats là.

Publicités

Responses

  1. Sniff. Je prenais plaisir à te lire.

  2. plus que triste tout cela

  3. Espérons que cette pause ne soit pas trop longue… Au plaisir de te re-lire, bon courage à toi. Les blogs de mag’ ne sont pas monnaie courante et pourtant leur présence dans une blogosphère remplie de cons’ et autres cadres apporte un peu de fraîcheur. A bientôt.
    Nicolas

  4. Quel dommage ! Personnellement je ne commente que très peu les blogs des collègues mais je les lis toujours avec beaucoup d’intérêt.
    Même si tu ne vois pas de réactions immédiates à tes billets, je suis persuadée qu’ils infusent doucement chez tes lecteurs et qu’ils auront une influence à long terme.
    En plus j’ai recommandé ton blog à mes collègues, pas plus tard qu’hier, en formation ! Tu ne vas t’arrêter maintenant, hein ?

  5. Je suis moi aussi déçue de cette pause, car je suis toujours très attentive aux bibliothécaires non-numériques ;). Vivement le retour !

  6. yep, même si je ne commente pas non plus énormément (et ce sur toute la blogosphère) j’aime suivre des avis, si possible différents sur le travail en bibliothèque… après je ne travaille pas (encore) en bib… mais malheureusement parfois j’ai l’impression que la plupart des BU sont bien plus active que les centres de documentation d’entreprises que j’ai actuellement fréquentés … ce n’est pas pour éclairer le tableau, mais juste pour dire que même ds la formation dont je sors, beaucoup préfèrent finalement bosser à des taches stupides qu’essayer de bouger les choses… mais s’il n’y a personne pour essayer de les changer, pour éclairer les dysfonctionnements… j’ai bien peur qu’on reste cloîtré dans ces problèmes…

  7. Dans son livre «La révolution du cerveau» (1974, Calmann-Levy), Marilyn Ferguson débute le chapitre sur la méditation, dont la Méditation Transcendantale, en citant un conte indien qu’il nous fait plaisir de partager avec vous.

    Un haut fonctionnaire encourut la défaveur de son roi, et fut emprisonné dans une tour, dit un conte indien. Et voilà que, par une belle nuit de pleine lune, le prisonnier aperçoit sa femme, au pied de la tour. La femme enduit de miel les antennes d’un insecte, puis elle attache un fil de soie très fin au corps de celui-ci, puis le pose sur le mur, les antennes pointées vers la fenêtre du prisonnier.

    Attiré par l’odeur du miel, l’insecte grimpe. Il grimpe et grimpe, finit par arriver à la fenêtre du prisonnier, qui s’en saisit, détache le fil de soie et libère l’insecte. Ce fil de soie, il le tire, doucement. Au bout du fil de soie, il y a un fil plus gros, plus une cordelette, puis enfin une grosse corde, grâce à laquelle le prisonnier retrouve la liberté.

    Elle ajoute: «La première chose que la méditation apporte dans son sillage est infime, aussi infime que le premier fil de soie qu’une misérable petite créature entraîne de nuit vers le haut d’un mur noir et très haut. Cela, c’est le début de la méditation. Mais en recommençant, en persévérant, on finit par attirer un fil plus gros, puis une cordelette, puis une corde et enfin un cordage suffisant pour supporter le poids d’un homme».
    […]

    Méditation ou médiation ?

    C’est un peu sur le même principe. 😉

    Ce que tu dis te parais peut-être insignifiant. Mais tu es un des rares magasiniers de BU à t’exprimer.

    Pour le reste, je comprends aussi ta lassitude. (Je la partage, en particulier cette rentrée)

    Tant de blogs, si dispersés.
    Si peu de temps pour tout lire.
    Et encore moins pour répondre ou débattre !

    C’est ça la blogosphère.

    Beaucoup de bruits, d’expressions… mais peu d’actions.

    Au moins, peu d’actions visibles, a priori. A voir si les blogueurs sèment pour le présent, ou pour le futur.

    Bien cordialement
    B. Majour

  8. Pas vrai! je vous lisais toujours. Nous serons nombreux à vous regretter, j’en suis sûre!

  9. bonjour, c’est bien dommage que vous arrêtiez ! Moi aussi, j’ai fortement conseillé mes collègues de lire vos écrits. Après l’arrêt de D. Bourrion, qui reste-t-il sur la blogosphère pour critiquer le monde des BU ???

  10. OK, vous êtes un rebelle. C’est cool. *Baille…

  11. Bonjour,
    déçue que vous arrêtiez.

    En lisant votre blog je revois mes expériences passées en tant que contractuelle dans une BU où successivement j’ai été responsable d’un fonds, responsable d’une BU ; des joies d’être magasinière, des joies d’être décisionnaire.

    La lecture de votre blog devrait être obligatoire dans le cursus de l’ENSSIB.

    Des réactions vous ne les percevaient pas mais croyez bien qu’il y en a.

    SVP, retrouvez vos motivations pour continuer de proposer un portrait juste des BU tant côté usagers, que côtés « petites mains » : la face A des grands projets, la face B de la réalité du terrain.

    Bonne continuation,
    Une ex des BU

  12. Bonjour à toutes et à tous
    merci de ces commentaires. ce commentaire pour 2 précisions:
    je n’arrête pas « magbu », je le mets en « congé » sinon je vais finir par écrire des choses carrément regrettables. ;))))
    en ce qui concerne mon regret du manque de réaction, je pensais -surtout mais pas uniquement- à ceux des « bibliothécaires  » de Chambéry qui me lisent.

  13. Content que ce ne soit qu’une pause, à te lire bientôt j’espère
    Amicalement

  14. Ouf, on l’a échappé belle, vous reviendrez !
    Vos articles, coups de gueule et autres sont sains et, même sans commentaires, font à leur mesure avancer le chmilblic car beaucoup vous lisent.
    A bientôt donc.

  15. En lisant ce billet, j’ai repensé à Daniel Bourrion et je me suis dit : encore un! Il y a quelques semaines, je publiait un billet à l’occasion des un an de mon blog, où je reparlais du retentissant dernier article de Face Ecran. Je me voyais déjà faire une mise à jour de mon article pour annoncer la fin d’un autre biblioblog. Heureusement les commentaires m’apprennent que ce n’est qu’une pause. « Ouf, on l’a échappé belle! »
    http://infodocbib.free.fr/index.php/2011/08/feliz-aniversario/

  16. Il me semble que cette pause a assez duré !
    Je plaisante bon courage et bonjour à tous le monde !


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :